Le pays s'enfonce l'air de rien dans le blocage ce qui montre notre incroyable vulnérabilité. Je rejoins la l'un des arguments des partisans de la décroissance et autre thuriféraires des communautés résilientes. Nous sommes désespérément lies aux flux de transports dans un monde global où les distances n'existent plus. Une épidémie, quelques milliers de personnes décidées et le pays ferme. Il n'y a plus de stocks, plus de compétences locales, plus de marges de manœuvre. Quelle faiblesse ! Cette crise devrait nous faire réfléchir par la suite sur les moyens de nous rendre plus résilients.

C'est là ou Lenine intervient. Sa doctrine visant à organiser un parti de révolutionnaires professionnels capables de renverser le pouvoir prend tout son sens. Aujourd'hui il suffit de 10000 personnes bloquant nœuds de transports, dépôts pétroliers, sabotant quelques infrastructures pour paralyser le pays et menacer le gouvernement. Ceci montre d'ailleurs en creux que les partis soi-disant révolutionnaires sont devenus bien bourgeois. Ils pourraient tout faire sauter mais ils ne le feront pas. Et puis, il faut proposer quelque chose pour remplacer le système actuel. Et là... Depuis la chute du bloc de l'est, il n'y a plus de modèle de rechange. Partis embourgeoisés, absence de perspective politique, cette révolte ne dégénérera pas sur une Révolution (je ne parle même pas de l'absence totale de conscience de classe chez les manifestants). A la fin donc le pouvoir gagnera.

Posted via email from Vincent's posterous