L'iPad est évidemment LE nouveau joujou numérique tendance, l'appareil qui crée le désir. J'ai lu il y a quelques temps que plus de 30% des petits Américains âgés de 6 à 12 souhaitaient recevoir l'appareil à la Pomme sous le sapin. C'est colossal et est d'excellent augure pour Apple. Gageons que l'entreprise va poursuivre sa folle croissance. Il faudrait peut-être que je pense à acheter quelques titres de l'entreprise. Mais passons.

Il faut peut être se demander pourquoi l'iPad connaît un tel succès. Les imbéciles vous dirons que c'est une simple histoire de marketing. Bien sûr, comme si tout le marketing du monde pouvait sauver un produit ne répondant pas aux besoins du client. Si l'iPad marche, c'est qu'un besoin existe. Essayons de le comprendre.

L'objectif de l'iPad est le suivant : permettre de consommer de manière passive du contenu de divertissement de manière nomade. Ne nous leurrons pas, l'iPad n'est pas un outil pour créatifs. Il ne faut jamais oublier que les outils ne sont pas neutres, ils déterminent aussi notre façon de penser et de créer. Avec son clavier virtuel, il est tout juste bon à écrire un mail simple, pas à développer une pensée complexe.

Ceci dit, le succès de l'iPad peut donc s'expliquer par une forte demande pour des contenus mis à disposition de manière simple et intuitive. Cette réussite montre que le consommateur n'est pas du tout sorti du "modèle télévisuel", le web participatif restant un mythe. La production de contenu restera limitée à une mise à jour de statut sur Facebook, un tweet (pour les geeks) et puis c'est tout. Le consommateur veut du contenu prêt à consommer et pas du tout s'impliquer dans la production de quelque chose.

Et si l'iPad était la poursuite des mêmes objectifs que la télévision par d'autres moyens ?