Petite scène désormais ordinaire. Depuis quelques temps, je me dis qu'il serait de bon aloi d'investir dans un nouveau radio réveil, histoire de suppléer un vieux téléphone Nokia utilisé uniquement à cet effet (je sais c'est totalement low tech). Un radio-réveil, coûte de 20 à 70 € et aucun modèle ne me plaisait. Et puis j'ai regardé sur l'App Stoire et en deux minutes, j'ai trouvé une application faisant radio réveil facturée 0,79 cts.

Résumons, on peut désormais couvrir ce besoin pour un coût 30 à 80 fois moins élevé qu'avec un appareil classique. Toute une économie liée à la fabrication, à la distribution de radio-réveils est devenue caduque avec l'apparition des Smartphones. Une bête application développée par une personne peut remplacer une secteur d'activité faisant vivre autrefois des milliers de personnes partout dans le monde.Et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres.

Service de qualité, coût minimal, marge maximale, voilà une belle réussite économique qui se fait au détriment de l'emploi. Loin de moi, l'idée de partir dans un apologie du Luddisme. De toutes façons, aucun retour en arrière n'est possible. Par contre, on peut se demander à quoi nous allons bien pouvoir occuper une frange croissante de la population.

Je crois de plus en plus à une refondation à venir des économies occidentales, autour d'une réduction du temps de travail subie, notamment chez les jeunes générations. Nous allons assister à un retour en force de l'autoproduction (nourriture, habillement...),  à un développement des modes d'échanges alternatifs et non-monétaires (SEL par exemple), non par envie (n'en déplaise aux gauchistes) mais par obligation. La situation de la jeunesse déclassée du bassin méditerranéen est un avant goût de ce qui attend nos économies.

Face à ce défi, saurons-nous inventer des modes d'organisation alternatifs ?

Posted via email from Vincent's posterous